Cogitatum



Quand la "matière grasse" se prend pour la "matière grise"

Le « monde arabe » ! Quelle insolente expression pour désigner en réalité le « monde bédouin ». Le « monde arabe » qui délimite les zones géographiques des pays du Golfe [Koweït, Arabie, Qatar, Bahreïn, Émirats arabes unis, sultanat d’Oman], le Yémen, n’a jamais exprimé la moindre notion civilisationnelle. Une des grandes stupidités intentionnelles ou filouterie avérée est de faire croire à un « monde arabe », à une « civilisation arabe », à une « culture arabe », à des « sciences arabes » ou encore à des « chiffres arabes ».

 

L’expression « arabe » est à bannir pour tout ce qui est attrait au cérébral, au spirituel, au moral [1], au social ou au politique. Tout ce qu’il y a d’arabe est uniquement la langue qu’a véhiculé l’Islam. Et c’est justement de l’Islam qui est question. En effet, la diffusion de l’Islam hors des régions désertiques et sauvages d’Arabie infestées de scorpions et de serpents a eu pour corollaire la diffusion de cet idiome : l’arabe. Les nations des pays qui ont été convaincues par cette nouvelle croyance ont adopté pour la plupart la langue liturgique qu’est l’arabe. Et ce sont précisément ces peuples non-arabes [non-bédouins], étrangers à l’Arabie [et à la région du Golfe] qui ont crées la Civilisation de l’Islam Classique [CIC] et tout ce qui a attrait à elle, comme les Sciences, les arts et les techniques, l’architecture, l’esthétique, etc.

 

Rien dans le domaine intellectuel, scientifique, artistique, technique ou plastique [2] n’a émané d’un quelconque arabe ou en provenance d’Arabie ou des pays du Golfe. Les deux berceaux fondateurs de la Civilisation de l’Islam Classique, héritage des sociétés contemporaines, sont situés pour l’un à Bagdad et dominé par les Perses et pour l’autre à Cordoue [Afrique du Nord et Espagne -Andalousie- ces territoires se confondent] et dominé par les Berbères ou Berbéro-andalous. Afin de ne pas trop s’étendre sur ce point, disons seulement que statistiquement les acteurs principaux ayant joué le rôle décisif dans l’élaboration de la Civilisation de l’Islam Classique [notez bien ici l’expression « Civilisation de l’Islam » et non pas « Civilisation arabe »] sont d’origine perse pour 40% des savants fondateurs de Sciences [fondamentales et appliquées et de techniques] et de 50% d’origine berbéro-andalouse. Le reste représente 10% des lettrés que le Machrek [Irak, Egypte et Syrie] se partage et cela uniquement dans le domaine accessoire et dérisoire de la Tradition [« Hadiths »], de la psalmodie [« lecture du Coran »], de la jurisprudence, de la lexicologie [grammaire, etc.] et à moindre importance dans la littérature [poésie, pamphlet, etc.].

 

A la lumière de cette analyse très concise, la réalité, la vérité et tout simplement l’honnêteté intellectuelle préconise d’appeler un « chat » : « chat ». Dès lors, il faut cesser de se servir du dénominatif « arabe » à tout bout de champ. La réalité historique, sociologique ou anthropologique affirme, que cela ne plaise aux détracteurs de tout bord et de toute origine, qu’en dehors des Bédouins des pays du Golfe et du Yémen [Arabes], le reste du monde est tout sauf « arabe ».

  

Les savants non-arabes [3], fondateurs des Sciences et des Techniques ont compris que la langue arabe peut décrire l’Univers et contribuer à développer et à véhiculer des idées supérieures et à être au « Service de l’Humanité ». C'est une notion que les Arabes [Bédouins des pays du Golfe] n’ont jamais pu comprendre et encore moins imaginer la portée de cet « outil linguistique ». C’est pour cette raison, qu’ils n'ont jamais pu extirper la langue arabe, usitée dans leur région, de leur tradition farouche, archaïque et statique, c’est à dire pour les moins stupides d’entre eux à l'expression de la poésie primitive. N’oublions pas que le ramassis de populations arabes ou bédouines de la péninsule arabique est comme le dit le Coran [Qour’ãn] la nation des illettrés et elle l'est restée jusqu’à nos jours et elle perdurera jusqu’à la fin des temps. Ce sont des non-arabes [Perses et Berbères ou Berbéro-andalousqui ont donnés les lettres de noblesse à la langue arabe, à l’Islam et à la Civilisation Humaine. A preuve du contraire et aussi loin que remonte l’histoire de la Civilisation de l’Islam Classique, ce sont toujours des non-arabes qui ont et qui redorent toujours le blason de l’Islam !

 

Pays actuel

Ethnie originelle

Irak

Mésopotamien

Syrie

Assyrien

Egypte

Egyptien

Liban

Phénicien

Afrique du Nord – Andalousie [Espagne]

Berbère ou Berbéro-andalou

Iran

Perse

Palestine

Philistin

 

« Les Bédouins [Arabes] sont les plus endurcis dans leur impiété et dans leur hypocrisie et les plus enclins à méconnaître les préceptes qu'Allah a révélés à Son Messager. Et Allah est Omniscient et Sage » (Qour’ãn, 9-97)

 

« Les Bédouins [Arabes] ont dit : « Nous avons la foi ». Dis : « Vous n'avez pas encore la foi. Dites plutôt [simplement] : Nous nous sommes soumis ; car la foi n'a pas encore pénétré dans vos cœurs. Et si vous obéissez à Allah et à Son messager, Il ne vous fera rien perdre de vos œuvres ». Allah est Pardonneur et Très Miséricordieux » (Qour’ãn, 49-14)

 

« Parmi les Bédouins [Arabes], il en est qui prennent leurs dépenses [en aumône ou à la guerre] comme une charge onéreuse et attendent pour vous un revers de fortune. Que le malheur retombe sur eux ! Allah est Audient et Omniscient. (Qour’ãn, 9-98)

 

« Ceux des Bédouins [Arabesqui ont été laissés en arrière diront : « Nos biens et nos familles nous ont retenus : implore donc pour nous le pardon ». Ils disent avec leurs langues ce qui n'est pas dans leur cœur. Dis : « Qui donc peut quelque chose pour vous auprès d'Allah s'Il veut vous faire du mal ou s'Il veut vous faire du bien ? Mais Allah est Parfaitement Connaisseur de ce que vous œuvrez » (Qour’ãn, 11-48)



[1] Mœurs, aux coutumes, traditions et habitudes de vie propres à une société, à une époque.

[2] Qui est apte à donner ou qui donne des formes et des volumes une représentation esthétique.

[3] A titre d’exemple : J. Ibn-Hayyan [Geber – Chimie- 721-815- Perse], A.R. Al-Khazini [Mathématique, Physique - m. 1118 - Perse] ; A.H. Ibn-Sina [Avicenne - 980-1037- Perse] ;  M. Al-Khwarizmi [Mathématique - 800-847 - Perse] ; O. Ibn Al-Haytham [Alhazen – Mathématique, Physique- 965-1039- Perse]  ; O. Khayyam [Mathématique - 1050-1123 - Perse] ; A.R. Al-Biruni [Astronomie, Mathématique - 973-1048- Perse]  ; M.I.Z. Ar-Razi [Rhazès – Médecine - 865-925 - Perse] ; Banou-Moussa Ibn-Shakir [Mécanique, Physique - IXè s. - Perse] ; S.H. Ibn-Juljul [Pharmacologie -944-994- Berbéro-andalou] ; O. Ibn-Imran [Médecine -m.908- Berbéro-andalou] ; A.H. Qalsadi [Mathématique - m. 890 - Berbéro-andalou] ; A.M. Ibn-Tufayl [Médecine -1107-1185- Berbéro-andalou] ; Abou Al-Qasim Zahrawi [Abulcasis ou Albucasis - Médecine - 936-1013- Berbéro-andalou] ; M. Ibn Rushd [Averroès – Médecine - 1126-1198- Berbéro-andalou] ; A.J. Ibn Al-Jazzar [Algazirah- m.1009- Berbéro-andalou] ; A.M. Ibn-Zuhr [Avenzoar - 1013-1162- Berbéro-andalou] ; A.H. Al-Marrakushi [Mathématique, Astronomie - XIIIè- Berbéro-andalou] ; A.R. Ibn-Khaldun [Sciences humaines - 1332-1406 – Berbéro-andalou] ; etc., etc., etc.....

Se conférer à l’ouvrage : Nas E. Boutammina, « Les Contes des Mille et Un Mythes - Vol. II ». Edit. BoD, Paris, novembre 2011.

 

 

 

Posté le 01/03/2013