Cogitatum



Introduction à l’étude du Jinn

Afin de bien comprendre le sujet analysé dans cet ouvrage consacré aux Jinn, il est impératif de préciser qu’aucune étude sérieuse [si étude il y a], ni aucune recherche dans ce domaine n’a jamais été entreprise. Il est inutile de s’attarder sur la conception « pseudo-qour’ãnique » [coranique] du Jinn véhiculée depuis des siècles par la culture populaire qui prend son assise sur des sources douteuses, superstitieuses et légendaires. Celles-ci relèvent plus du folklore, des légendes, des contes fabuleux, d’historiettes de quelques illuminés [« saints », « sages », marabouts, pseudo-savants, etc.] vautrés dans l’opportunisme et le charlatanisme. La crédulité des populations superstitieuses et ignorantes est un excellent terreau pour ce type d’aberrations aux antipodes de la logique et de la conception scientifique pourtant contenues dans le Qour’ãn, dévoilées et véhiculées par celui-ci.

 

      Quoi qu’il en soit, le seul Tāfsir digne du Qour’ãn est celui érigé par la Science [expérimentale] !

 

L’Homme s’imagine qu’il est la seule créature intelligente de l’Univers apparut au gré du hasard lors de réactions biochimiques et subissant des mutations génétiques accidentelles qui lui ont permis d’évoluer à partir d’une cyanobactérie [en botanique, élément d'une classe d'algues procaryotes de couleur cyan].

 

Le Qour’ãn [Coran] nous révèle pour la première fois dans l’Histoire de l’Humanité que cette conception de l’homme est non seulement erronée et qu’en plus, il n’est pas la seule créature intelligente dans l’Univers. En effet, il existe d’autres Univers et notamment ceux du Ghaīyb ou Invisibles. Le Malāk [« Ange »] et le Jinn en font parties. 

 

Lorsqu’il est fait allusion au Jinn, c’est du caractère traditionnel et surnaturel que celui-ci est abordé. Pour les uns, qui dit Jinn dit légendes, mythes, superstitions, contes populaires ; pour les autres, il s’agit de phénomènes paranormaux terrifiants, supraphysiques, de sorcellerie ou Sīhr, de magie, de possessions, de forces surnaturelles, de puissances occultes, d’ésotérisme, d’art hermétique, de rites initiatiques, etc.

 

Quoi qu’il en soit, le Jinn est la forme mystérieuse et incompréhensible de l’ignorance primitive. Selon le Qour’ãn, le Jinn est l’antithèse même de l’Homme. 

 

Posté le 14/06/2012