Cogitatum



Le recueil du Talmud et le recueil du Hadith

Selon les Rabbins, Moïse a reçu deux révélations de l’Eternel. L’une, écrite, la Thora, reste trop complexe, trop ésotérique pour le Juif ou le commun des mortels. Alors l’Eternel a révélé son explication ou exégèse sous forme d’une compilation ; il s’agit du Talmud. Cours d'instruction religieuse, celui-ci est institutionnalisé, étudié et transmis de Rabbin à Rabbin selon une chaîne ininterrompue.

 

Le Talmud est la Loi orale [ou Thora orale]. Il s’agit de l’ensemble des recueils qui en renferment la substance, en particulier le code constitué de la Michna [palestinien ou babylonien - "Hadiths"] et de son exégèse ou commentaire [palestinien ou babylonien] la Guemara  ["Sunna" ou actes].

 

Selon les Traditionnistes [Oulémas, Shaykhs, Muftis, Imams] le Raçoūl Moūhammad a reçu deux révélations d’Allah. L’une, écrite, le Qour’ãn [Coran] reste trop complexe, trop ésotérique pour le Musulman ou le commun des mortels. Alors Allah a révélé son explication ou exégèse sous forme d’une compilation ; il s’agit du recueil des Hadiths ou Tradition ["Michna"]. Cours d'instruction religieuse, celle-ci est institutionnalisée, étudiée et transmise de Traditionniste à Traditionniste selon une chaîne ininterrompue.

 

La Tradition est la Loi orale [ou "Qour’ãn" oral]. Selon les Traditionnistes, il s’agit de l’ensemble des recueils qui en renferment la substance, en particulier le code constitué, toujours d'après les Traditionnistes, du Qour’ãn et de son exégèse ou commentaire [Mecquois ou Médinois] : le Tāfsir.

 

Le principe fondamental du contenu du Qour’ãn est : « Être au service de l’Humanité ». C’est ce que les hommes illustres, les musulmans du VIIIe au XIIIe siècle ont compris et diffusé. Ces hommes étaient au service de l’Humanité. Véritables flambeaux éclairant le monde, ils ont crée la Civilisation de l’Islam classique pour le bien-être, non pas seulement des musulmans, mais de toute l’Humanité. Citons :

 

Cette période du VIIIe au XIIIe siècle était sous le règne du Qour’ãn qui inspirait les hommes et qui leur a permis de sortir l’Humanité des ténèbres de l’ignorance vers la lumière de la Science créant ainsi le progrès dans le domaine scientifique, technique, socioéconomique, culturel, etc. afin que les hommes puissent se consacrer au Message de l’Islam : « Être au service de l’Humanité » qui est la forme d’adoration par excellence qu’Allah agrée et recommande par-dessus tout. Le reste n’est que simple rituel : prière, jeûne, pèlerinage, Zakat. Que valent les cinq « piliers rituels », si on n’est pas au service de l’Humanité [bonté, générosité, altruisme, respect, etc.] et qu’on méprise cette Humanité. La période du VIIIe-XIIIe siècle, c’est l’Avènement de l’Islam. Et que de grands noms en sont issus !

 

Puis du XIIIe siècle jusqu’à nos jours, le XXIe siècle, c’est l’avènement de la Tradition, du Talmud des Antésulmans. Il s’agit du règne des Hadiths ou Tradition. L’Islam est abandonné et le Qour’ãn est écarté. La Tradition devient la source religieuse, la ligne de conduite intellectuelle, le principe essentiel de la pensée régissant. Ainsi, l’Ordre des Traditionnistes, à l’instar de celui des Ordres initiatiques, à l’ombre des Khalifes, des Sultans et des Vizirs gouverne les musulmans et leur société. L’histoire en témoigne de cet état de ruine des sociétés musulmanes.

 

Les « Shaykhs », les « Muftis », les « Imams », etc. qui gesticulent dans divers supports médiatiques sont des Traditionnistes, c’est à dire des professionnels de la Tradition [Hadiths] qui est le prototype du Talmud. Tout comme les Juifs qui se basent non pas sur la Thora mais sur le Talmud, les Traditionnistes ne se basent pratiquement que sur la Tradition [Hadiths]. Voilà la problématique qui se pose à l’aube de ce XXIe siècle.

 

Ces Shaykhs, ces Muftis, ces Oulémas et ces Imams véhiculent toujours le même slogan : « Les musulmans ne comprennent rien à l’Islam et ne le pratiquent pas ». En réalité, ni eux ni ceux qui se disent « musulmans » [Antésulmans] ne comprennent l’Islam, car le recueil de la Tradition ce Talmud antésulman formate l'esprit de quiconque s’en approche.

 

Allah s’adresse aux Traditionnistes ou professionnels de la Tradition :

 

« Ceux qui ont été chargés de la Tawrāt [Torah] mais qui ne l'ont pas appliquée sont comparables à l'âne qui porte des livres. Quel mauvais exemple que celui de ceux qui traitent de mensonges les versets d'Allah. Et Allah ne guide pas les gens Zhālimoūn [injustes, rebelles]. (Qour’ãn, 62-5)

 

Ils sont arabophones et certains apprennent le Qour’ãn par cœur mais cela est sans intérêt car ils sont incapables d’en saisir le contenu, de l’appliquer et de se mettre au service de l’Humanité. Ce verset qour’ãnique s’adresse et décrit à merveille aussi bien les Antésulmans dispensateurs de la Tradition [« Hadiths »] comme les Chaykhs, les Muftis, les Ulémas, les Imams, etc., que le commun des Antésulmans qui suit leur doctrine et leurs recommandations. Ce verset s’adressait aux Juifs dira-t-on ? Peut-être, mais il peut également s’adresser aux Antésulmans car il n’enlève en rien à la description de ces derniers qui ont suivis à la trace l’égarement des Juifs. En effet, afin de bien saisir toute l’ampleur de l’enseignement de ce verset, il est utile de le « réactualiser » de la manière suivante.

 

« Ceux qui ont été chargés du Qour’ãn [Coran] mais qui ne l'ont pas appliquée [car ils suivent la Tradition, c’est à dire les Hadiths] sont comparables à l'âne qui porte des livres [en effet, l’âne ne peut saisir le contenu des livres, ils ne supportent que leur poids]. Quel mauvais exemple que celui de ceux qui traitent de mensonges les versets d'Allah. Et Allah ne guide pas les gens Zhālimoūn [injustes, rebelles] [en les avilissant et en les plongeant dans la dégénérescence et le délabrement].

 

 

Posté le 07/06/2012